Partir travailler au Koweït par Liz

Le Koweït, aussi appelé le pays aux 9 îles, a assis sa croissance sur une économie de rente grâce à la manne pétrolière. L’économie du Koweït n’en reste pas moins ouverte avec 60% de la population active composée de ressortissants étrangers. Parmi eux, les Français occupant plus particulièrement les postes de management. Mais bien que le Koweït reste intéressant pour les jeunes diplômés désireux de partir travailler à l’étranger, il reste difficile d’y décrocher un emploi même pour les candidats bien qualifiés.

  • Comment accéder au marché du travail koweïtien ?
  • Faut-il trouver l’entreprise avant le visa ou l’inverse ?
  • Quelles sont les démarches administratives à effectuer ?
  • Faut-il avoir une certaine maîtrise de l’arabe ?

C’est à ces questions que nous propose de répondre Elizabeth, du blog LizInKuwait, arrivée au Koweït en Août 2015.

Des Français qui partent travailler au Koweït ?

Tous les chemins mènent au Koweït

Pour écrire cet article, j’ai demandé aux gens de mon entourage comment ils en étaient arrivés à immigrer au Koweït. Les réponses n’ont pas été très variées… Certains ont envoyé des candidatures spontanées. D’autres ont été envoyés au Koweït directement par leurs entreprises. Quelques-uns ont répondu à des annonces. Et puis il y a ceux qui connaissaient déjà quelqu’un sur place. La plupart sont profs, certains sont avocats ou coachs personnels.

Je m’appelle Elisabeth et à l’époque où j’ai postulé, j’avais 26 ans. J’étais encore étudiante stagiaire pour devenir professeur de Français Langue Étrangère. Un jour, un peu fatiguée de la vie à Paris, j’ai répondu à une annonce sur le site du FLE. Une offre d’emploi pour être professeur de Français Langue Étrangère à l’Institut Français du Koweït.

Partir au Koweït

Trouver son chemin depuis la France vers le Koweït
(Crédits: LizInKuwait.com)

Je ne sais pas si j’ai envoyé ma candidature trop tard ou si mon profil n’était pas assez intéressant. Mais quoiqu’il en soit, mon CV n’a pas été retenu par l’Institut. Il a été envoyé au Lycée Français de Koweït. Quelques mois après avoir postulé, je recevais un mail pour me proposer un poste de chargée de Grande Section de Maternelle. Et aujourd’hui c’est ma quatrième rentrée scolaire au Koweït. J’ai alors commencé à prendre soin de mon blog à propos de ma vie de jeune femme au Koweït.

Mais au fait c’est où le Koweït ?

C’est un des Émirats Arabes parmi les moins connus, coincé entre l’Irak et l’Arabie Saoudite. Dans cette zone, on connaît beaucoup Dubaï ou Abu Dhabi pour l’expatriation. Mais à mon avis, ça vaut le coup de se pencher sur le Koweït. Actuellement, il y a un ratio Koweïtiens/Expatriés plutôt intéressant : environ 40% seulement de la population est Koweïtienne, les 60% restants sont des étrangers. Nous ne sommes pas face à un pays fermé ! En tous cas, pas pour le moment. Le gouvernement souhaite rétablir un ratio 50/50, ça va sûrement énormément changer dans les années à venir.

Koweït City

Le Koweït est un Émirat situé en l’Iraq et l’Arabie Saoudite
(Crédits: oneiraqnews.com)

D’ailleurs, la qualité de vie sur place – pour tous les pays du Golfe – va, je pense, changer et devenir un peu moins intéressante pour les expatriés. Les différents gouvernements souhaitent mettre en place des taxes et des lois de plus en plus sévères pour le recrutement (parfois c’est déjà le cas). Alors c’est le moment de venir trouver du travail au Koweït !

Sans sponsor, pas de travail

Le Koweït, comme beaucoup de pays, fonctionne en terme de sponsor. Votre demande de visa se fait grâce à une entreprise ou une personne qui vous sponsorise. Si vous êtes une femme sponsorisée par votre mari, vous ne pourrez pas travailler tant que vous n’aurez pas changé votre visa en une résidence (« iqama »). Les entreprises préfèrent souvent embaucher des « salariés prêts à l’emploi », c’est à dire des personnes avec un visa de travail facilement transférable. Ça leur coûte moins cher et ils perdent moins de temps. Je ne suis pas une professionnelle des visas, mais le site Kuwaitvisa (en anglais) m’a l’air assez complet.

Entreprise sponsor au Koweït

Passage obligé par une entreprise qui vous sponsorise
(Crédits: albawaba.com)

Certains prennent le pari d’entrer sur le territoire avec un visa tourisme (valide trois mois) et de chercher un emploi une fois arrivé sur place. Si vous faites ça, vous devrez quitter le Koweït, faire les papiers nécessaires pour obtenir la résidence, puis revenir dans l’Émirat avec les papiers correctement établis. Et si vous ne trouvez pas de travail, vous devrez vraiment sortir du pays à la fin du visa car il y a des pénalités pour chaque jour non autorisé passé au Koweït. 

Quelles démarches avant votre arrivée au Koweït ?

J’ai signé mon contrat fin juin, j’avais donc deux mois pour faire les papiers nécessaires pour pouvoir entrer sur le territoire. La Responsable des Ressources Humaines de mon entreprise m’a envoyé un PDF de quatre pages avec toutes les procédures à faire. 

Les documents administratifs

  • Les originaux de vos diplômes, en faire une copie conforme
  • Un acte de mariage si vous êtes marié(e)
  • Un extrait de casier judiciaire
  • L’acte de naissance et le carnet de santé pour chaque enfant
  • Votre permis de conduire français pour en obtenir un koweïtien
  • Un passeport dont la validité court sur deux ans a minima

Les trois premiers documents doivent être légalisés par le bureau des légalisations du Ministère des Affaires Étrangères. Puis par le bureau des légalisations du Consulat du Koweït. Les deux se trouvant à Paris, il faudra ensuite faire traduire les documents en arabe par un traducteur assermenté. 

Les documents relatifs à la santé

Ensuite, vous devez vous rendre chez le médecin pour faire un bilan de santé général. Celui-ci doit stipuler que vous n’êtes porteur d’aucune maladie contagieuse. Il inclura notamment un dépistage HIV, Hépatites A, B et C. Ensuite, vous devez aller au Conseil National de l’Ordre des Médecins pour faire contre-signer ce bilan de santé. Pour ce qui concerne les dépistages, ils doivent être contre-signés par le Conseil National de l’Ordre des Pharmaciens. Ensuite, on retourne au bureau de légalisation du Ministère des Affaires Étrangères pour faire légaliser le document puis au bureau des légalisations du Consulat du Koweït.

Ministère des Affaires Étrangères du Koweït

Ministère des Affaires Étrangères du Koweït
(Crédits: État du Koweït)

Honnêtement, les deux mois n’ont pas été de trop. Entre les horaires d’ouverture et le temps passé dans le métro, j’ai bien cru que je n’y arriverais jamais !

J’ai ensuite reçu mon permis de travail par DHL, que j’ai du faire légaliser par le Consulat du Koweït où j’ai laissé mon passeport. Deux jours plus tard, je récupérais le sésame : le fameux visa de travail !

Si vous n’habitez pas à Paris, c’est possible de faire toutes les démarches en passant par Chronopost. Les légalisations ne sont évidemment pas gratuites. Ce sont des frais à ne pas oublier quand vous voulez vous expatrier. 

Quelles démarches après votre arrivée au Koweït ?

On pense qu’une fois arrivé dans le désert, c’est terminé… Mais non ! Je suis arrivée fin août, et j’ai eu la précieuse « civil ID » deux mois plus tard ! Avant, j’ai du faire une visite médicale avec radio des poumons et prise de sang. Puis une autre prise de sang afin de connaître mon groupe sanguin. Enfin, l’administration a relevé mes empreintes digitales. Les empreintes digitales c’est le signe que vous y êtes presque ! 

Civil ID

La Civil ID, carte d’identité indispensable au Koweït
(Crédits: uae.newsatfirst.com)

Pour le permis de conduire, c’est une autre histoire. Logiquement, vous pouvez l’« échanger » contre un permis de conduire koweïtien. Cependant, ce n’est apparemment pas vraiment respecté, donc il vaut mieux le repasser. Vous n’aurez pas besoin de reprendre des heures de conduite, mais vous devrez tout de même repasser le code puis un petit test de conduite.

Avant de pouvoir le faire, vous devez aller faire une visite médicale, notamment pour vérifier votre vision. J’ai eu mon permis de conduire koweïtien seulement en février… Soit six mois après mon arrivée et quatre mois après l’obtention de mon titre de séjour. Sachez également que tout le monde ne peut pas l’obtenir puisque cela dépend de votre emploi et de votre salaire.

Permis de conduire au Koweït

Le permis de conduire, indispensable pour se déplacer au Koweït
(Crédits: LizInKuwait.com)

L’administration au Koweït enseigne définitivement la patience ! Souvent, ce sont les entreprises qui prennent soin de tout ça. Et si vous êtes seul face à l’administration, je vous conseille de faire tout ça avec un Koweïtien, ça sera bien plus facile pour vous !

Au secours je ne parle pas l’arabe !

En ce qui concerne les langues, l’arabe n’est pas obligatoire même si cela peut énormément vous aider. L’anglais n’est pas indispensable mais il faut au moins avoir une petit bagage pour survivre dans le pays. Quand je suis arrivée, je parlais très mal l’anglais. Si je n’avais pas fait l’effort de m’améliorer, j’aurais pu très bien vivre sans un anglais parfait. Je connais des français qui sont ici depuis plus de dix ans et qui parlent très très mal anglais !

Au travail, nous parlons Français mais je vis mon quotidien en anglais. Parfois, je suis au contact de parents uniquement anglophones ou arabophones. Mais si je ne m’en sors pas, je peux demander de l’aide à mes collègues. Mon entourage est anglophone mais toutes mes tâches au travail s’effectuent en français. Au supermarché et au restaurant, tout se fait en anglais mais il n’est pas nécessaire d’être bilingue. 

Réunion de travail au Koweït

La langue arabe n’est pas indispensable au travail
(Crédits: Pixabay)

Évidemment, ce n’est pas la même chose pour moi – enseignante en lycée français – et un commercial qui doit démarcher des entreprises. Pour être honnête, l’anglais sera toujours un avantage non négligeable dans votre CV.

Mais comment je trouve du travail ?

Il n’y a, à ma connaissance, pas de sites spécialisé sur les offres d’emplois au Koweït. Mais un de mes amis à trouver son job grâce aux annonces de France-Expat au Koweït. Si vous êtes enseignant, n’hésitez pas à aller sur le site du Lycée ou de l’Institut. Je pense que le mieux est de faire une liste des entreprises françaises implantées au Koweït et de postuler directement là-bas, soit en répondant à des offres s’il y en a, soit en envoyant des candidatures spontanées. Le réseau aide aussi énormément, si vous connaissez quelqu’un au Koweït, il vous sera d’une aide précieuse.

Institut Français du Koweït

L’Institut Français du Koweït, une source d’informations parmi d’autres
(Crédits : Institut Français)

Le gouvernement koweïtien est un peu pointilleux sur pas mal de points. Par exemple, pour enseigner en maternelle, il faut être une femme. Vous ne serez jamais embauché si vous êtes un homme, c’est illégal. Il vous faut aussi obligatoirement une licence relative à l’enseignement. Je pense qu’il y a des petits critères comme ça pour tous les postes que vous pouvez convoiter. 

Envoyez quand même votre CV, même si vous n’avez pas les qualifications requises. Il y a peut-être un autre poste dans l’entreprise qui convient mieux à vos qualifications. Si, vraiment, vraiment, le Koweït est un pays qui vous attire, venez y faire un tour avec le visa tourisme. Vous pourrez alors démarcher les entreprises directement.

Bon courage dans vos recherches !

Partir travailler au Koweït par Liz
4.4 (88%) 5 vote[s]

LAISSER UN COMMENTAIRE