Vivre au Japon avec Manu

Avec cet article, je vous propose de partir à l’autre bout du monde vers le pays du soleil levant. Vous y découvrirez l’art ancestral du sumo, la cérémonie du thé pratiquée par les geishas, le printemps et ses cerisiers en fleurs, et enfin les sushis et leurs déclinaisons gastronomiques.

Bienvenue au Japon, pays à part dans notre monde contemporain. Ici, la population trouve son équilibre entre traditions séculaires et usage intensif des nouvelles technologies.

Manu, installé au Japon depuis 2014, nous fait partager son expérience de Français expatrié au pays des samouraïs. Il nous décrit son pays d’accueil avec passion mais sans concessions. C’est d’ailleurs ce qu’il fait assidûment sur son blog mycrazyjapan.fr.

Manu aka Mycrazyjapan

Salut à tous ! Moi c’est Manu, Gaijin expatrié au Japon à Osaka depuis 2014Je commence par une petite présentation de rigueur pour vous expliquer un peu qui je suis. 

Alors, suis-je un amateur de cosplay, de calligraphie ou de judo ? Non. Un fin connaisseur de mangas, d’animés et de J-pop ? Pas du tout ! Un passionné que le Japon fascine depuis la première heure ? Encore moins. 

Passion du Japon

Le Japon attire toutes sortes de passionnés
(Crédits : Pexels)

En fait, je n’ai pas vraiment le profil du japonophile de baseMais cela ne m’a empêché de m’intéresser à ce pays et de vouloir y aller. Je pense qu’on n’a pas besoin d’être tout ça pour aimer le JaponPendant mes années lycée, j’ai bien évidemment succombé quelque temps à l’attraction irrésistible des mangas et autres animés, mais sans plus.

Je trouvais la culture japonaise vaste et intéressante et cela a certainement eu une influence sur ma décision d’étudier cette langue par la suite. Mais à l’époque je n’avais pas spécialement envie de venir passer une partie de ma vie ici.

Pourquoi partir vivre au Japon ?

Le choix du coeur

Du coup, j’imagine que vous devez vous demander ce qui a bien pu me pousser à venir au Pays du soleil levant ! Eh bien, mon intérêt pour le Japon s’est développé quand je suis entré à l’université.

En arrivant, j’ai eu l’opportunité d’intégrer une nouvelle langue en initiation dans mon cursus. Comme je cherchais un peu de challenge, j’ai longuement hésité entre les cours de chinois et les cours de Japonais. Apprendre une langue comme le Japonais m’a alors semblé plus inspirant. C’est un choix que je ne regrette pas du tout aujourd’hui.

Le goût du challenge

L’élément déclencheur a eu lieu à la fin de mes études. Au cours de mes années à la fac, j’ai eu l’opportunité de voyager et de séjourner dans chacun des pays dont j’avais étudié la langue. Tous sauf le Japon. Un peu frustré de ne pas avoir eu la possibilité de partir au Japon via les programmes d’études internationaux classiques, je me suis mis en tête d’y aller par moi-même. Partir découvrir le Japon a été ma mission à partir de ce moment. Surtout, après avoir étudié cette langue pendant 3 ans, je considérais que ça aurait été une perte de temps si je n’étais pas allé au bout des choses.

Rencontres au Japon

Le Japon, c’est aussi une histoire de rencontres et d’amitiés
(Crédits : Mycrazyjapan.fr)

Je voulais tenter l’aventure de l’expatriation, me prouver que j’étais capable de réaliser cet objectif. Pour moi, voyager au Japon signifiait rencontrer les locaux et vivre parmi eux. J’étais aussi motivé à l’idée d’apprendre à mieux maîtriser la langue japonaise. Puis de la transformer en un outil professionnel, ce qui est beaucoup plus difficile à faire depuis la France.

Je précise aussi que ne pas être un adulateur de ce pays, m’a permis d’avoir du recul, de ne pas être désenchanté par la suite, car le Japon n’est pas forcément un pays facile à vivre. Partir au Japon sans clichés en tête et ne sachant pas trop à quoi m’attendre m’a permis de garder la tête froide. J’expliquerai d’ailleurs en détail plus loin  les raisons pour lesquelles il est parfois difficile de vivre ici.

Partir au Japon avec un visa Vacances Travail

J’ai démarré mon séjour au Japon en 2014 à Osaka, avec un Working Holiday Visa (Programme Vacances Travail ou PVT). Mes études étaient terminées et j’avais envie de partir à la découverte du Japon. Avant de revenir chercher un premier vrai travail en France. Une chose est sûre, mon projet à l’origine n’était pas de venir m’installer au Japon ! Je comptais simplement voyager autant que possible. J’espérais surtout finir mon année sans être fauché vu le coût de la vie sur place !

J’ai voyagé autant que mes économies, converties en Yens, me le permettaient et j’ai commencé à apprendre le japonais en autodidacte (hiragana, katakana et bien sûr les kanji). Au début, j’ai principalement vécu de petits boulots. Et puis la pression financière s’est faite plus grande à mesure que le temps passait. J’ai alors commencé à chercher du travail au Japon à plein temps pour ne pas avoir à utiliser toutes mes économies. J’ai d’abord orienté ma recherche vers l’enseignement des langues. C’est un domaine où j’avais déjà un peu d’expérience et qui recrutait pas mal.

Enseignante dans un lycée japonais

Beaucoup de postes d’enseignants accessibles au étrangers
(Crédits : Gaijinpot.com)

J’aurais bien aimé enseigner le français, mais la majorité des Japonais préfèrent clairement apprendre l’anglais ! C’est là où j’ai été content d’avoir fait un cursus langues étrangères car j’ai quand même pu postuler aux offres sans être un natif !

Je n’ai pas mis longtemps à trouver un poste (peut-être que j’ai eu de la chance) et lorsque mon visa est arrivé à expiration, l’école qui m’embauchait m’a proposé de me sponsoriser pour que je puisse continuer à travailler avec eux.

Puis s’installer au Japon durablement

D’abord obtenir un permis de travail

J’étais vraiment content mais pour être franc, j’ai quand même hésité au début. Même si je commençais à beaucoup aimer ce pays, je n’avais pas du tout prévu de rester au-delà de mon WHV. Mon idée initiale était de rentrer en France par la suite. Finalement, l’envie de rester au Japon un peu plus longtemps a été la plus forte et j’ai monté un dossier pour obtenir un permis de travail.

Il faut passer par le bureau dédié de la ville où vous résidez au Japon. Pour en trouver la liste, il faut vous rendre sur le site du bureau de l’immigration. Rien ne peut se faire en ligne. Il faut vous présenter en personne pour déposer votre demande.

Bureau de l'immigration à Tokyo

Les bureaux de l’immigration : un passage obligé pour obtenir un permis de travail
(Crédits : Kyodo News)

Je l’ai obtenu au bout de 4 longs mois (avec une attente bien stressante…). Puis à partir de ce moment-là, j’ai décidé de réorganiser un peu ma vie sur place. Étant donné que j’étais parti pour rester encore un moment, j’ai décidé de bosser toujours plus mon japonais.

Puis maîtriser la langue japonaise

Au cours des mois qui ont suivi, j’ai donc cravaché pour maîtriser le dialecte local. J’ai voyagé un peu partout, autant que je le pouvais dans toute la région du Kansai, sur Shikoku, Kyushu, Hokkaido, etc. J’ai aussi déménagé et changé de travail plusieurs fois. Ça fait maintenant un moment que je suis au Japon et je me suis bien habitué à la vie d’expat ici, avec ses défauts et ses avantages.

Mont Fuji

Connaître le Japon et sa langue, c’est partir à la découverte de ses différentes régions
(Crédits : befreetour.com)

À la base, c’était vraiment un challenge pour moi de partir vivre au Japon pour un moment. C’est pourquoi je suis plutôt satisfait de la façon dont je me suis adapté au pays, au mode de vie local. J’ai été prof d’anglais pendant ces quatre dernières années. Mais je compte me reconvertir prochainement dès que j’aurai trouvé un domaine ou une entreprise qui me convient. Disons que si j’arrive à trouver une entreprise japonaise ou étrangère qui me propose un poste dans le marketing, je serai comblé. Je compte sur mon niveau de japonais qui est désormais suffisamment avancé pour que je puisse m’en servir dans le cadre du travail.

Nous suivre surFacebook
Nous suivre surTwitter

Travailler au Japon : Avantages et Inconvénients ?

Ce cadre de travail justement, cette conception nippone très rigoriste de l’activité professionnelle, n’a franchement pas toujours été facile à accepter. La France et le Japon ont des cultures très différentes sur bien des points et le monde du travail n’y échappe pas. Et si vous désirez aller vivre dans ce pays, vous allez devoir subvenir à vos besoins, développer votre expérience professionnelle d’une manière ou d’une autre et donc il va falloir travailler.

La beauté des paysages, la diversité de l’excellente cuisine japonaise traditionnelle, le mont Fuji, les temples, les Onsen, la florissante pop-culture et toutes ces autres choses qui font la beauté du Japon, ça n’émerveille qu’un moment. On est tôt ou tard rattrapé par la réalité quand on vit au sein de la société japonaise.

Rencontre hommes d'affaires japonais

S’attaquer au monde du travail signifie maîtriser un certain nombre de codes
(Crédits : Karateokinawa.fr)

Entre Français, on dit souvent qu’on vient au Japon pour la culture et qu’on en repart à cause du travail. Les réunions à répétition, les rarissimes vacances, les heures sup’, être irréprochable au quotidien ou encore devoir adopter sans réserve les valeurs de l’entreprise notamment, sont des désagréments très pesants au quotidien. Si cette vision de l’entreprise et de la vie professionnelle vous convient, alors la société japonaise est faite pour vous ! Autrement, il va falloir regarder la vérité en face : la vie au Japon risque d’être compliquée. Il faut 頑張って (ganbatte) comme on dit ici, c’est-à-dire, tenir bon, garder courage et donner son maximum chaque jour !

Comment venir vivre au Japon ?

En tout cas, ne vous laissez pas décourager ! Il y a pleins d’avantages à exercer une activité professionnelle ici. Et puis, travailler au Japon n’est pas forcément une gageure contrairement à ce que l’on pourrait penser. Même sans parler la langue, on peut se débrouiller pour trouver un emploi. En effet, ce ne sont pas les offres qui manquent ici. Il ne tient qu’à vous de démarrer l’apprentissage du Japonais de façon sérieuse. Le chômage est très bas, le marché du travail constamment en ébullition et les entreprises toujours à la recherche de nouvelles têtes à embaucher.

Quartier d'affaires au Japon

Réussir professionnellement au Japon nécessite un certain niveau d’études
(Crédits : France 24)

D’ailleurs, si vous vous demandez quel est le profil type pour réussir ici, c’est simple. Il faut déjà avoir fait des études et pas forcément sur l’archipel nippon. Aller au Japon avec au moins un master en poche vous ouvrira beaucoup de portes. Par exemple, dans les domaines suivants qui sont plutôt demandés : informatique, marketing, vente, enseignement, ingénierie. Parler Japonais, c’est bien entendu encore mieux pour trouver du travailRajoutez à cela, un peu d’expérience et une présentation impeccable et vous avez toutes les chances d’être sponsorisé par une entreprise. Pour ensuite, obtenir un visa de travail !

Vous pouvez aussi tenter votre chance en tant qu’entrepreneur et démarrer ou étendre votre société ici. Le Japon est loin d’être fermé à l’implantation d’entreprises étrangères !

Conclusion et opinion personnelle sur le Japon

Le Japon est-il propice à l’expatriation ?

Personnellement, il y a mille raisons pour lesquelles j’aime le Japon. Le cadre de vie est très agréable, les gens sont très respectueux de tout et d’une politesse exemplaire. La sécurité, la propreté et l’organisation sont optimales. La culture est vaste et profonde, l’univers du divertissement infini, la nourriture est saine et excellente et les festivités incessantes ! Et il y a encore de nombreux autres aspects que je pourrais mentionner.

Destination Japon

Le Japon : un pays où il fait bon s’expatrier
(Crédits : Les Echos)

Alors pour finir, est-ce que je pense que le Japon est un bon pays où s’expatrier ? Oui bien sûr. J’estime que tout compte fait, si l’on met les pour et les contre dans la balance, le positif l’emporte tout de même sur le négatif. Mais ce n’est clairement pas un pays qui est fait pour tout le monde. Maintenant est-ce que de mon côté je regrette d’être venu vivre ici ? Pas un seul instant.

L’avenir au Japon

J’ai encore pas mal de projets au Japon et je considère que je suis loin d’avoir fait le tour de la question. J’ai toujours des progrès à faire dans la langue, des endroits à visiter et des festivals à découvrir ! Pour l’instant, je ne sais pas précisément ce que je ferai ces prochaines années. Mais ce sera certainement quelque chose que j’aime, en rapport avec ce beau pays des cerisiers.

Plein de choses en préparation en ce moment sur le Japon
(Guides, Articles, Formations).

Je te préviens quand c'est prêt ?

S’il vous trotte dans la tête l’idée de vivre à l’étranger, de faire partie de ces expatriés français qui ont décidé un jour de trouver un job dans l’archipel nippon, n’hésitez pas une seconde à tenter cette aventure enrichissante. Quelle que soit la ville du Japon que vous choisirez : Osaka, Tokyo, Kyoto, Sapporo, Yokohama, Nagoya, la préfecture d’Okinawa,… chaque endroit recèle des merveilles insoupçonnées.

Avant de partir, renseignez-vous auprès de la communauté des Français au Japon qui est importante. Vous trouverez toujours de l’aide et des conseils avisés là où vous vous dirigerez pour trouver du boulot. Ne vous laissez pas démotiver par la barrière de la langue et foncez !

N’hésitez pas à poser vos questions, laisser un commentaire et noter cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE